Infolettre N°10 - 25 Juillet 2017 - Démocratie Vivante
Démocratie Vivante est un think tank de gauche oeuvrant pour que le quinquennat d’Emmanuel Macron contribue au progrès social
16166
post-template-default,single,single-post,postid-16166,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive

Infolettre N°10 – 25 Juillet 2017

infolettre-villemot

Par Dominique Villemot

Avocat, réformiste de gauche, Dominique Villemot est un fidèle de François Hollande (il est l’auteur de « François Hollande : le courage de réformer » chez Privat) et un soutien d’Emmanuel Macron (il est membre du comité politique de La République En Marche). Il se réclame du macronisme de gauche.

POLITIQUE : EMMANUEL MACRON FACE AUX ARMÉES. AUTORITÉ OU AUTORITARISME ?

En application de l’article 15 de la Constitution, le Président de la République est le chef des armées. Il vient de le rappeler avec force. Le chef d’état-major des Armées, le général de Villiers, avait vivement réagi à la décision du gouvernement de demander aux Armées de financer sur leurs crédits les opérations extérieurs 2017, soit une réduction effective de leurs crédits de 850 millions, d’abord lors d’une audition devant la commission de Défense de l’Assemblée Nationale, puis dans la presse. Le Président de la République l’avait alors recadré publiquement à la veille du 14 juillet, ce qui l’a amené à présenter sa démission. Il a été remplacé par le général Lecointre. Pour le Président de la République chacun, militaire ou fonctionnaire, doit rester dans son rôle sans en déborder. Le chef d’état-major avait commis deux erreurs. D’abord de s’exprimer publiquement, ensuite de se comporter comme en charge des Armées et donc de leurs questions budgétaires. Emmanuel Macron a rappelé que c’était le Président de la République qui était en charge des Armées et que les questions budgétaires relevaient de la ministre des Armées. Le chef d’état-major des Armées est le responsable opérationnel des forces. On comprend désormais l’organisation voulue par Emmanuel Macron, qui s’est notamment concrétisée par la disparition du poste de ministre de la Défense.

Sur le fond de la question budgétaire, le Président de la République a précisé le 20 juillet dernier, à Istres devant les militaires, qu’en 2018 le seul budget qui augmentera sera celui de la Défense (1,8 milliards d’augmentation). Et la ministre des Armées a indiqué le 23 juillet qu’elle a obtenu le dégel de 1,2 milliards de crédits sur 2017. En cette période de grande rigueur budgétaire, les Armées sont indiscutablement préservées.

Le Président de la République a donc réaffirmé la primauté du politique sur le militaire, ce qui est une des caractéristiques de la République et de la démocratie. Il a réaffirmé son autorité sur les militaires et les hauts fonctionnaires. Le fait qu’il l’ait fait publiquement l’expose cependant à la critique de confondre l’autoritarisme avec l’autorité.

ECONOMIE : LA BAISSE DES APL OU LA DIFFICULTE DE REALISER DES ECONOMIES BUDGETAIRES

Le gouvernement a besoin de dégager des économies budgétaires considérables afin de financer à la fois la baisse des impôts, le plan d’investissements et la baisse du déficit budgétaire. Ambition probablement démesurée, le quinquennat précédent ayant déjà réalisé d’importantes économies budgétaires. Le gouvernement est donc à la recherche des dépenses publiques inefficaces qu’il serait justifié de réduire. Les aides au logement, notamment les aides personnelles au logement (APL), sont considérées par les économistes comme inefficaces car ayant un effet pervers. En effet, lorsqu’ils fixent le montant des loyers les propriétaires ont tendance à intégrer le montant des APL dont bénéficient les locataires, de sorte que les APL alimentent la hausses des loyers. Le gouvernement a donc annoncé une baisse de cinq euros par mois du montant des APL à compter du 1er octobre prochain. Bien entendu, par définition, les APL bénéficient aux Français ayant les ressources les plus faibles, les jeunes, les étudiants, les ouvriers et les chômeurs. On va s’apercevoir de plus en plus que les économies budgétaires se heurtent soit à des priorités nationales (Défense, Sécurité, Education) soit à nos politiques de justice sociale.

ENVIRONNEMENT : LA CENTRALE DE FESSENHEIM A L’ARRET

La centrale nucléaire de Fessenheim est à l’arrêt depuis le 22 juillet pour plusieurs semaines, a annoncé EDF. Son réacteur numéro 1 doit subir une opération de maintenance qui « permettra aux équipes de renouveler une partie du combustible contenu dans le réacteur et de réaliser des activités de contrôle et de maintenance dans les parties nucléaires et non nucléaires des installations », tandis que le numéro 2 est à l’arrêt jusqu’à début 2018 à cause d’une anomalie.

FISCALITÉ : LA POLITIQUE FISCALE DE FRANCOIS HOLLANDE A AUGMENTE LA PROGRESSIVITE DE L’IMPOT SUR LE REVENU

Sur les 37,7 millions de foyers fiscaux recensés en 2016, seuls 16,1 millions étaient imposables, d’après le rapport annuel de la Direction générale des Finances publiques, soit 42,8%, c’est-à-dire 2,8 points de moins qu’en 2015. En parallèle, les recettes au profit de l’Etat ont augmenté de 0,9%, à 76,6 milliards d’euros. C’est la première fois depuis les années 1960 que la part des ménages français imposés à l’impôt sur le revenu est aussi faibleContrairement à ce qu’ont pu dire les frondeurs, le quinquennat de François Hollande s’est bien traduit par une augmentation de la progressivité de l’impôt sur le revenu : baisses d’impôts pour les classes moyennes inférieurs et hausses pour les classes aisées et moyennes supérieures.

EUROPE : LA GRECE N’EST PLUS EN DÉFAUT DE PAIEMENT

Le FMI a annoncé que la Grèce lui avait remboursé une dette d’environ 2 milliards d’euros. Athènes n’est ainsi plus en défaut de paiement, mais doit encore rembourser 5 milliards d’euros à ses créanciers d’ici au 30 août.

Aucun Commentaire

Sorry, the comment form is closed at this time.