Infolettre N°9 - 18 Juillet 2017 - Démocratie Vivante
Démocratie Vivante est un think tank de gauche oeuvrant pour que le quinquennat d’Emmanuel Macron contribue au progrès social
16165
post-template-default,single,single-post,postid-16165,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive

Infolettre N°9 – 18 Juillet 2017

infolettre-villemot

Par Dominique Villemot

Avocat, réformiste de gauche, Dominique Villemot est un fidèle de François Hollande (il est l’auteur de « François Hollande : le courage de réformer » chez Privat) et un soutien d’Emmanuel Macron (il est membre du comité politique de La République En Marche). Il se réclame du macronisme de gauche.

POLITIQUE : LE POIDS DE L’INTERNATIONAL DANS L’AGENDA DU PRESIDENT

De par la Constitution, le Président de la République est en charge de la négociation des traités internationaux et est chef des armées. Les questions internationales et de défense occupent donc très fortement son emploi du temps. Emmanuel Macron n’échappe bien sûr pas à la règle. Ces derniers jours il a assisté au G20, rencontré Vladimir Poutine, tenu avec Angela Merkel un conseil des ministres franco-allemand, reçu Donald Trump pour le 14 juillet puis Benjamin Netanyahou à l’occasion de l’anniversaire de la rafle du Vel d’hiv. Il a voulu réaffirmer le rôle international de la France, en étant ferme face à Vladimir Poutine sur les ingérences dans les campagnes électorales, notamment française, et face à Donald Trump sur la question climatique. Il a aussi réaffirmé l’amitié indéfectible entre notre pays et les Etats-Unis et eu des mots très chaleureux envers la chancelière allemande.

Chef des armées, il a aussi fait preuve d’autorité envers le chef d’état-major des armées qui avait critiqué les efforts budgétaires demandé à la défense nationale. « De mauvaises habitudes ont été prises », indiquant ainsi qu’il entend désormais que le devoir des réserves soit strictement observé par les fonctionnaires, et notamment les militaires. Autorité, solennité, présidentialité, Emmanuel Macron revêt tous les habits que les Français attendent de leur président et qu’ils avaient de la difficulté à trouver chez les derniers titulaires de la fonction. C’est la fameuse présidence jupitérienne.

Mais, si les Français attendent de leur Président la solennité, ils veulent aussi de la proximité. Exigence terrible des Français. Comme l’était le Roi, le Président doit à la fois se faire respecter des Français et être proche d’eux. Dans l’inconscient français le Président est un peu comme un père que l’on respecte et qui vous aime. C’est maintenant le défi d’Emmanuel Macron d’apparaître proche des préoccupations des Français.  Les réformes économiques et sociales peuvent y contribuer, mais pas seulement. Le style du Président est fondamental.

ECONOMIE : LE FMI SATISFAIT DU PROGRAMME D’EMMANUEL MACRON

Le FMI a salué dans son rapport annuel sur les politiques publiques françaises du 17 juillet les réformes « ambitieuses » et « courageuses » annoncées par le gouvernement. Nous sommes impressionnés par l’énergie nouvelle et l’optimisme dégagés par nos interlocuteurs », a déclaré Christian Mumssen, directeur adjoint du département Europe. « Le programme économique est ambitieux, complet et équilibré », a-t-il ajouté. Le premier satisfecit concerne la réduction des dépenses publiques. Le FMI juge « appropriée » la trajectoire visant un budget proche de l’équilibre en 2022. « La dépense publique est au cœur du problème des finances publiques françaises de longue date », rappelle son rapport. Christian Mumssen ajoute : « Une baisse de la dépense à hauteur de 3 points de PIB nous paraît réaliste, même s’il s’agit d’un effort exceptionnel d’un point de vue historique, explique-t-il.Toutes les idées sont déjà sur la table. Pour qu’elles aient une chance d’être mises en œuvre, le gouvernement doit agir rapidement et fixer la direction dans une loi pluriannuelle. »

ENVIRONNEMENT : NICOLAS HULOT ET LES ENERGIES RENOUVELABLES

« Il faut avoir une foi absolue dans les énergies renouvelables » a déclaré Nicolas Hulot le 16 juillet. Pour les développer, le ministre évoque les « leviers fiscaux ». « Il faut par exemple introduire des avantages compétitifs à l’économie décarbonée. Il faut aussi simplifier les procédures d’appels d’offres et raccourcir les durées des contentieux ».

FISCALITÉ : VERS LAFIN DE LA TAXE D’HABITATION

A l’occasion de la première conférence des territoires au Sénat le 17 juillet, le Président de la République a proposé aux élus locaux d’étudier dès maintenant la suppression de la taxe d’habitation pour la remplacer à terme, une fois que 80% des ménages en seront exonérés, par une part d’un impôt national, comme la CSG ou la CRDS. Le mécanisme pourrait peut-être même se combiner avec un scénario évoqué par plusieurs associations d’élus communaux proposant de récupérer la part départementale de la taxe sur le foncier bâti (environ 14 milliards). Les départements se financeraient alors sur une autre part de CSG, un prélèvement plus cohérent avec leurs compétences sociales. La taxe d’habitation représente actuellement une recette fiscale de près de 22 milliards d’euros dont 4 milliards déjà pris en charge par l’Etat. Il resterait donc à l’issue des 3 ans un impôt payé par les contribuables de 8 ou 9 milliards à compenser par de la CSG ou du foncier bâti.

EUROPE : UN CONSEIL DES MINISTRES FRANCO-ALLEMAND DECISIF

Le conseil des ministres franco-allemand du 13 juillet est passé presqu’inaperçu. Et pourtant Paris et Berlin ont décidé le lancement d’un avion de combat européen, donnant ainsi pour la première fois de la substance à l’Europe de la défense. Ils se sont, là-aussi pour la première fois, mis d’accord sur une réforme de la zone euro qui passe par la création d’un budget de la zone et d’un ministre des finances. Enfin, ils ont rappelé leur attachement à l’harmonisation de l’assiette de l’impôt sur les bénéfices.

Aucun Commentaire

Sorry, the comment form is closed at this time.