Infolettre N°12 - 8 Août 2017 - Démocratie Vivante
Démocratie Vivante est un think tank de gauche oeuvrant pour que le quinquennat d’Emmanuel Macron contribue au progrès social
16168
post-template-default,single,single-post,postid-16168,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive

Infolettre N°12 – 8 Août 2017

infolettre-villemot

Par Dominique Villemot

Avocat, réformiste de gauche, Dominique Villemot est un fidèle de François Hollande (il est l’auteur de « François Hollande : le courage de réformer » chez Privat) et un soutien d’Emmanuel Macron (il est membre du comité politique de La République En Marche). Il se réclame du macronisme de gauche.

Femme de gauche, spécialiste notamment des questions budgétaires et fiscale, Nicole Bricq avait accepté de rejoindre le comité d’orientation de Démocratie Vivante. Elle va nous manquer.

POLITIQUE : L’INCONVENIENT DE N’AVOIR PAS FAIT VOTER DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE EN DEBUT DE MANDAT

La première session parlementaire du quinquennat d’Emmanuel Macron vient de s’achever. Elle a été marquée par l’adoption de deux textes : la loi sur le rétablissement de la confiance dans l’action publique et la loi d’habilitant le gouvernement à réformer le code du travail par ordonnance. Mais les Français restent un peu sur leur faim. Il est encore difficile de voir quelle politique va mener Emmanuel Macron. La réforme du code du travail a donné lieu à une concertation intense avec les partenaires sociaux. Mais on ne connaîtra les orientations retenues que fin août, lors de la publication des ordonnances. Surtout l’orientation de la politique économique du gouvernement n’a pas été précisée au Français. Certes les arbitrages fiscaux ont été rendus dans leur grande ligne, mais tant que les textes ne sont pas connus, il reste de grandes incertitudes. On sait aussi que les économies budgétaires en 2018 seront très dures, mais là-non plus les arbitrages n’ont pas été rendus. Et les annonces pour 2017, réduction des APL et annulations de crédits de la Défense nationale, qui ont été mal reçues, préfigurent les difficultés que va rencontrer le gouvernement.

Tous les nouveaux gouvernements nommés suite à une élection, présidentielle ou législative, font voter dès leur arrivée aux affaires une loi de finances rectificative qui permet d’imprimer tout de suite la marque de la nouvelle équipe. Il n’y a eu que deux exceptions : 1988 avec l’arrivée de Michel Rocard et 2017 avec Emmanuel Macron. Il sera plus difficile de faire voter des textes difficiles (suppression de l’ISF, exonération de 80% de taxe d’habitation pour 80% des foyers, économies budgétaires demandées aux collectivités locales…) six mois après que dans la foulée de l’élection.

ECONOMIE : LA HAUSSE DE L’EURO VA-T-ELLE ENTRAVER LA REPRISE ?

Le 2 août l’euro a atteint son plus haut niveau depuis début janvier 2015 à 1,1910 dollar. Cela pénalise les entreprises de la zone euro qui exportent aux Etats-Unis, mais aussi celles qui exportent vers d’autres pays, mais dont les prix des contrats sont exprimés en dollars. Un euro trop fort constitue en effet un handicap pour les exportations de la zone euro, à l’exception des exportations allemandes qui bénéficient d’une excellente compétitivité hors coûts. La reprise que l’on constate dans la zone euro est donc peut-être menacée. La pression est sur la BCE pour qu’elle maintienne sa politique monétaire accommodante. Pourtant, ce n’est pas l’euro qui est trop fort ; il ne s’apprécie pas en effet par rapport aux autres monnaies. C’est le dollar qui est trop faible. Cette baisse du dollar témoigne du manque de confiance des marchés envers la politique économique de Donald Trump. Mais c’est aussi peut-être la manifestation d’un nouveau dumping monétaire de la part des Etats-Unis qui se sont engagés dans une politique économique protectionniste.

ENVIRONNEMENT : LES ŒUFS CONTAMINES : SANTE ET ENVIRONNEMENT

Le 31 juillet, une substance toxique a été détectée dans des œufs vendus à la consommation par de nombreux élevages de volailles aux Pays-Bas. L’organisme néerlandais chargé de la sécurité alimentaire et sanitaire a révélé que les taux de fipronil, une molécule utilisée pour éradiquer le pou rouge sur les poules, dépassaient parfois largement les seuils autorisés par la réglementation européenne. Selon l’OMS ce pesticide est considéré comme « modérément toxique » pour l’homme lorsqu’il est ingéré en grande quantité. C’est pourquoi il est strictement interdit chez les animaux destinés à la consommation humaine.

FISCALITÉ : LES GAGNANTS ET LES PERDANTS DE LA BAISSE DES COTISATIONS SOCIALES COMPENSEE PAR LA HAUSSE DE LA CSG

L’une des mesures fiscales phares d’Emmanuel Macron consiste à supprimer les charges sociales salariales finançant l’assurance-maladie et l’assurance-chômage pour leur substituer un financement par l’impôt, en l’occurrence la CSG, poursuivant ce qu’avait commencé à faire le gouvernement de Lionel Jospin, et ce afin de réduire le poids des prélèvements sur le travail. La hausse de 1,7 points de la CSG a donc pour objectif que de financer cette suppression de cotisations. Globalement l’opération est neutre. Mais cette neutralité masque des perdants et des gagnants. Elle est neutre pour les retraités non assujettis à la CSG ou assujettis au taux réduit ; elle est pénalisante pour les autres. Elle est favorable pour tous les salariés du privé dont le salaire mensuel est inférieur à 33.000, soit la quasi-totalité. Le gouvernement a précisé qu’elle sera aussi bénéfique pour les indépendants qui gagnent moins de 4.000 euros par mois, soit 75% d’entre eux. Reste la question des fonctionnaires.

EUROPE : EMMANUEL MACRON VEUT CONVAINCRE LES PAYS DE L’EST DE REVOIR LA DIRECTIVE SUR LE DETACHEMENT

Emmanuel Macron effectuera du 23 au 25 août une tournée qui le conduira en Autriche, en Roumanie et en Bulgarie avec la révision de la directive européenne sur le travail détaché au cœur des discussions. La France a trop longtemps négligé ces pays, contrairement à l’Allemagne qui y a fortement développé son influence.

Aucun Commentaire

Sorry, the comment form is closed at this time.